Équipe

NF_2020_lagenreuse

Noémie Fortin
Commissaire 

Originaire de Lac-Mégantic et établie à Cookshire-Eaton, la pratique de Noémie est basée dans les Cantons-de-l’Est où elle agit à titre d’autrice, de commissaire indépendante et de travailleuse culturelle. Elle concentre ses recherches sur des pratiques artistiques écologiques qui sortent des institutions pour aller à la rencontre des territoires et des communautés, en particulier dans les milieux ruraux. Ses écrits ont été publiés dans diverses revues spécialisées, dont Esse arts + opinion, Vie des Arts, Ciel variable, Espace et The Goose: A Journal of Arts, Environment, and Culture in Canada. Candidate à la maîtrise en histoire de l’art à l’Université Concordia, Noémie est à la fois membre étudiante du Institute for Urban Futures (IUF) et de la chaire de recherche IDEAS-BE, ainsi que de l’Observatoire des Médiations Culturelles (OMEC). Elle s’implique notamment dans la vie culturelle régionale en siégeant sur différents comités et elle œuvre actuellement à titre de conservatrice à l’éducation à la Galerie d’art Foreman de l’Université Bishop’s.

Amélie Lemay-Choquette49_RURART Prin.2019_oeuvre Choquette HeraLR
Instigatrice et directrice artistique

Artiste, facilitatrice et fondatrice de RURART, Amélie est une artiste de la relève dynamique et entreprenante. Elle a gradué en 2012 de l’Université Concordia avec une double spécialisation en danse contemporaine et peinture. Depuis, elle dirige des groupes d’artistes en création in situ sur la ferme familiale à Cookshire-Eaton et est appelé à travailler sur des événements d’art in situ (TPL 2021). Elle expose ses œuvres en région (2022) et à Montréal (2019) et se perfectionne en art relationnel et infiltrant avec Sylvie Tourangeau (2019-22). En 2013, le Conseil de la Culture de l’Estrie lui remet le Prix Relève pour l’originalité et le côté rassembleur de sa démarche. En 2019, Amélie reçoit le prix du CALQ, Artiste dans le communauté, lors du 32e gala des Arts et la Ville pour son implication avec RURART.
Élevée sur une ferme pionnière en agriculture biologique au Québec et éduquée selon la pédagogie Waldorf à travers l’école Les Enfants-de-la-Terre en Estrie, son parcours singulier est empreint du respect de la terre et d’une forte sensibilité créatrice. www.choquettedp.com

RURART Print.2019_accueil_equipe_DominiqueLeblancjpg

Dominique Leblanc-Bolduc
Guide au développement

Diplômée du baccalauréat en Stratégies de production culturelle et médiatique de l’Université du Québec à Montéal, Dominique s’intéresse aux diverses façons de soutenir les créateurs et les nouvelles pratiques artistiques. Dès 2013, elle travaille comme coordinatrice pour plusieurs événements culturels. En 2014, elle s’installe à Bruxelles en Belgique, où elle termine sa formation au sein du programme Spectacles vivants de l’Université Libre de Bruxelles. Dans un soucis de développer sa polyvalence en gestion d’organismes de soutien en arts vivants, elle travaille pour différents organismes et événements belges dont la biennale Performatik organisée par le Kaaitheater, Workspacebrussels, les ballets C de la B et le Kunstenfestivaldesarts. Dès son retour à Montréal en août 2015, elle s’implique activement dans le milieu des arts émergents de la métropole et contribue à la fondation et au développement des activités de LA SERRE — arts vivants et du OFFTA. En 2018, regagne l’Estrie avec l’objectif de soutenir les initiatives qui unissent l’art et la nature. Elle porte en alternance les chapeaux de consultante en gestion d’organisme culturelle et de dramaturge pour faciliter les rencontres significatives entre les oeuvres, le public et les artistes.

Sophie Richardson

Alex-Ann Boucher
Conseillère artistique

Alex-Ann est une artiste sherbrookoise qui travaille le jeu masqué, le mouvement authentique et l’art performance. Après quelques années à oeuvrer comme interprète au sein de compagnies de théâtre et de danse (Québec, France), elle approfondi depuis l’automne 2018, par le biais de la résidence artistique du Théâtre du Double Signe, ses questionnements sur les notions de présence à soi et à l’autre, dans une démarche solo. Un changement d’attitude artistique où elle tente également le pari d’une posture plus exploratoire: que se passe-t-il si le «personnage» est confronté aux enjeux du performatif? Son travail artistique est fortement influencé par celui de Sarah Dell’Ava, Sylvie Tourangeau et Nicolas Cantin, trois artistes dont elle suit la pratique et les formations régulièrement.