Équipe

Amélie Lemay-Choquette
Instigatrice et directrice artistique
Curriculum vitae

Parcours professionnel
Graduée en 2012 de l’Université Concordia avec une double spécialisation en danse contemporain et peinture, je partage activement ma passion pour le mouvement à travers mon rôle d’interprète pour les compagnies de danse Élise Legrand (2016), Axile (2014) et Sursaut (2012), mon rôle d’enseignante de la méthode Gyrokinesis (2015) et mon rôle d’entrepreneur via RURART art contemporain en milieu rural (2012). Aussi, je signe des peintures gestuelles sur verre et expose, entre autre, à la Galerie Espace à Montréal (2016) et à la Galerie d’Art Cookshire-Eaton (2016). En 2013, je suis lauréate du Prix Relève du Conseil de la Culture de l’Estrie pour l’originalité et le côté rassembleur de ma démarche.

Élevée sur une ferme pionnière en agriculture biologique au Québec et éduquée selon la pédagogie Waldorf à travers l’école Les Enfants-de-la-Terre en Estrie, mon parcours singulier est empreint du respect de la terre et d’une forte sensibilité créatrice.

Au quotidien
Peintre et danseuse en résidence permanente sur la ferme La Généreuse, j’ai le plaisir de vivre ma passion au quotidien. Aussi relève active de la ferme, je m’occupe de la gestion de l’hébergement et du tourisme présents à l’année sur la ferme. Le désire de sortir l’art des zones urbaines pour gagner les milieux ruraux m’habite particulièrement. Partout, dans les milieux agricoles ou naturels que je visite, je vois et imagine des propositions artistiques qui émergent des lieux. La nature regorge de moments magiques, il suffit d’être là pour les voir et y croire!

Démarche artistique
Toujours, mon besoin de créer se manifeste au contact de la nature. Cette puissance créatrice me fascine et m’inspire à suivre son exemple.
C’est lors de marches sur la ferme que mon élan créatif émerge. Des inspirations profondes qui vibrent au contact du milieu rural. La terre n’est pas seulement nourricière pour le corps, elle l’est aussi pour l’esprit. Cette vérité, je la trouve dans chaque beauté de la nature et tente de la communiquer via le médium de l’art.
Ainsi, l’art est mon outil pour partager ma perception du monde. C’est aussi un moyen pour rendre tangible l’intangible qui me connecte au tout, à la terre, à vous.
J’utilise la danse pour habiter et clarifier mon inspiration. La danse est essentielle, c’est mon rituel. Je danse pour lâcher le mental, habiter le présent et matérialiser la densité, les textures et l’énergie intuitive qui m’habite. Ce médium représente les balbutiements de l’œuvre finale, mais il souligne l’importance du processus et surtout me donne un moyen de partager ce dernier au public.
Puis, j’utilise l’art visuel pour rendre mes intuitions visibles et permettre au mouvement qui m’habite d’être perçu par l’œil du spectateur. La peinture sur verre est pour moi la marque, l’image qui saisie l’essentiel de ma danse et de mon inspiration. Ainsi, à travers des gestes en couleurs déposés sur le verre, je dévoile l’élan qui m’habite et laisse ce dernier, en suspend, dans l’espace que précédemment mes pas ont foulé.
Ensemble, la ruralité, la danse et l’art visuel font parties prenantes de ma démarche artistique.
Une démarche individuelle qui grandie avec le partage. De là mon besoin de créer un espace créatif, accessible et rassembleur : RURART

Rôle dans l’équipe
Fondatrice et directrice artistique, je suis la gardienne et référence en matière de vision de ce qu’est l’expérience RURART. Je porte avec passion la responsabilité que tous les projets artistiques soient mis en valeur dans les lieux et le contexte proposé tout en respectant la nature du lieu impliqué. J’initie les artistes au mode de travail et de communication proposés pour la résidence. Un outil développé pour faciliter l’autonomie, l’efficace et les échanges harmonieux entre artistes. J’assure les communications, porte l’image et cherche toujours du financement. Depuis maintenant cinq ans que je porte le projet. L’expérience RURART pour les artistes et pour le public est pour moi un terrain connu et fertile. La gestion et le déplacement de groupe en milieux naturels et ruraux sont devenu une spécialité et une grande passion pour moi.

Avoir Marie-Noëlle à mes côtés est un privilège. Son sens aigu de l’organisation, son enthousiasme contagieux et sa grande sensibilité à saisir les besoins à combler font d’elle une coéquipière hors pair!

Citation: Quand on veut on peut

Marie-Noëlle Doucet-Paquin
Coordonatrice
Curriculum Vitea 

Parcours professionnel
2012, je termine mes études professionnelles en interprétation théâtrale (Lionel-Groulx). Je fonde la compagnie LES VISCÈRES [THÉÂTRE DE CRÉRATION] avec trois compagnons. Je joue Naninana dans la pièce Monsieur Victor de Cassandre Émanuel, première création de la compagnie, qui se mérite le Prix Frankie de la meilleure production francophone.

En tant que comédienne, je décroche plusieurs contrats au théâtre et au petit écran. Beaucoup de productions jeunesse, dont le spectacle de variété Kalimba au coeur du rythme, qui me fait jouer plus de 300 représentations à travers 5 provinces canadiennes de 2012 à 2015.

2014, j’emprunte pour la première fois les chapeaux d’auteure et de metteure en scène, aux côtés de la chorégraphe Delphine Véronneau, avec la pièce Euphorie.

2015 est une année pivot : je commence ma formation professorale à Osteo Yoga Montréal et mon besoin de calme me fait quitter la métropole montréalaise et le spectacle qui me fait tourner depuis ma sortie d’école. À la fin de l’année, je présente un slam lors de l’événement L’Expérience Humaine au Théâtre Rialto à Montréal. Il s’agit de ma première rencontre artistique avec Amélie Lemay-Choquette qui me sert alors d’œil extérieur dans mon travail de création… Déjà l’étincelle s’allume!

Février 2016, j’explore le conte, forme qui m’attire depuis toujours. C’est avec ce médium que je goûte à l’expérience RURART sur la ferme La Généreuse. Trois mois plus tard, j’y déménage. J’y ouvre une garderie en milieu familial (inspirée de la pédagogie Waldorf) sur ce site enchanteur où bouillonnent des projets artistiques inspirants…

Au quotidien
J’étudie la nature humaine à travers le yoga et l’éducation. J’accorde aussi beaucoup d’importances à mes liens amicaux et familiaux. Et j’écris. J’écris différentes formes. J’écris pour me comprendre, pour m’exprimer, pour dire ce que j’ai besoin qui soit dit.

Démarche artistique
Incarner un rôle, c’est découvrir un être humain (fictif, mais universel), sans le juger. Le livrer au public, c’est lui ouvrir une porte sur des mondes intérieurs parfois très près, parfois très loin de sa réalité. Ça ouvre les horizons. Cultiver la rencontre de l’autre… et la rencontre des parts d’ombre en soi! C’est un des aspects fondamentaux qui m’inspirent dans ma pratique. La boule de feu que je suis a besoin de terre noire pour ne pas tout brûler. J’ai aussi besoin d’échanges riches, pour le canaliser ce feu, qu’il serve et non qu’il me consume. Merci RURART, merci Amélie Lemay-Choquette, de m’offrir ce canal. Merci à cet espace de nature : environnement sacré pour les initiatives artistiques.

Rôle dans l’équipe
L’expérience RURART édition automne 2017 marque mon entrée comme coordonnatrice au sein de l’équipe! En tant qu’entrepreneur, gestionnaire et artiste de la scène, il me fait plaisir de collaborer à plusieurs niveaux; administration, gestion de projet, création, support moral et physique. Le souhait d’établir une structure qui rendra possible les quatre résidences par année du programme PER- Production en résidence me tient énormément à cœur. Ainsi, avec le feu qui m’anime, j’apporte énergie à RURART et chaleur à son instigatrice. Un combo qui me stimule énormément!

« Rapprocher les gens des milieux naturels et agricoles via les arts »
La mission de RURART résonne profondément avec ma démarche artistique. Je crois qu’un être humain coupé de sa propre nature et des  milieux naturels extérieurs à lui en est proie à une sorte de court-circuit. Nous avons profondément besoin d’échange pour nous accomplir. La vie est mouvement. Quand ça s’arrête, c’est la mort qui arrive… ou alors on est neutralisé par une médication ou autre drogue. Nous vivons dans une ère où la technologie nous apporte un million de possibilités, dont celle de se perdre. Je suis convaincue qu’une œuvre artistique peut toucher un être si profondément qu’il se redécouvre et devient un peu plus lui-même. Même une toute petite prise de conscience est magique. Je crois qu’une personne qui contemple une œuvre (d’artiste, de la nature ou du jardinier) vit un temps d’arrêt qui lui offre un espace précieux, un peu comme une méditation. Ça nous rend disponible à nous-même, aux autres, à la créativité, à la spontanéité et à ce que la vie a à nous offrir!

Autres intérêts
Hockey, couture, vélo et personnes âgés.

Laisser un commentaire

dans les archives