Histoire

Amélie L-Choquette graduée de Concordia avec une double spécialisation en art visuel et danse contemporaine à développer ce projet suite aux nombreuses expériences personnelles vécues en relation avec son art et le contact de la nature. Élevée sur une ferme biologique en Estrie et, vivant à Montréal pour ses études, lors de périodes créatives Amélie ressentait le besoin de revenir sur la terre familiale pour ce ressourcer. C’est lors de marches en forêt qu’elle avait ses meilleures inspirations. Des inspirations profondes qui vibraient au contact de la nature. La terre n’est pas seulement nourricière pour le corps, elle l’est aussi pour l’esprit. Cette vérité, Amélie la trouve dans chaque beauté de la nature et tente de la communiquer via le médium de l’art.  Ainsi, avec cette conscience la jeune artiste décide d’ouvrir et de partager son expérience avec quatre de ses collègues et amies. Elle les invite donc, à venir en résidence artistique à la ferme La Généreuse. Ainsi, c’est en été 2012 que le premier Rurart est organisé. Résultat; dix jours de résidence, deux jours de présentation et une réponse des journaux et du public au-delà de toutes attentes. L’objectif d’Amélie de toucher et sensibiliser les gens aux milieux naturels et agricoles via le médium des arts s’avère être une mission réaliste et bien sûr très stimulante.

Suite à ce succès, Amélie décide de perpétuer Rurart et d’en faire un événement saisonnier. Par les caractéristiques spécifiques qu’offrent les quatre saisons et l’environnement unique créé par ces dernières, Rurart devient pour les artistes et son public une plateforme d’inspiration, de création et de diffusion singulièrement riche.

Depuis sa création en août 2012, Rurart a offert trois programmes PER -été- automne – printemps. Pour le programme printemps 2013, Rurart présente dans le cadre de l’Événement Québec Danse 2013 et, a le plaisir d’être la présentation artistique la plus populaire de l’Événement en Estrie.

Au cours de sa première année de création Rurart a reçu en résidence une vingtaine d’artistes et une centaine de spectateurs sont venus aux prestations publiques. Un processus riche et prospère qui ne fait que commencer.